28 décembre 2018

Sauver la démocratie représentative

  Le simplisme est le pire ennemi de la démocratie! Et le risque s’accroît lorsque la seconde se laisse emporter par l’élan de la meute. La France parvient à cette extrémité. Parti d’une révolte fiscale, le mouvement des "gilets jaunes" est devenu une crise de la représentation allant jusqu’à remettre en cause une partie de l’article 3 de la Constitution qui « définit les conditions d’une non-domination des gouvernés par les gouvernants tout en reconnaissant le fait de la nécessaire asymétrie de leurs liens. » Que la... [Lire la suite]
Posté par gtab à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2018

La fonction présidentielle : un sujet des gilets jaunes

La révolte des gilets jaunes oblige à repenser la place du Président de la République dans le système politique. Ce faisant, il s’agit de préserver l’équilibre de la Vème République qui oscille subtilement entre régime présidentiel et régime parlementaire. La préservation de cet équilibre est gage de stabilité pour le peu qu’on la juge utile dans ces temps troublés qui placent les extrémismes en embuscade. L’élection d’Emmanuel Macron laissait entrevoir le retour à cet équilibre largement écorné par ses deux derniers prédécesseurs.... [Lire la suite]
08 décembre 2018

D'un samedi l'autre

Quelle que soit la tournure des événements de cette journée du samedi 8 décembre, journée d’un téléthon offert à la fraternité d’un peuple en colère, les gilets jaunes ont institué l’habitude d’un certain divertissement en trois temps. L’avant, avec cet exercice d’anticipation fébrile mêlé d’une certaine excitation secrète face à la perspective palpitante d’un danger mal défini en se disant que le pire n’est jamais sûr. Le pendant au cours duquel, le spectateur désengagé peut suivre grâce aux chaînes tout info et sans temps... [Lire la suite]
Posté par gtab à 01:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 décembre 2018

Perception et méthode ; les erreurs du Gouvernement

Celles et ceux qui expliquent les gilets jaunes par l’augmentation des taxes sur les carburants ont la mémoire courte. Ils ont, soit oublié la chronique politique de ces trente dernières années et le choix du corps électorale au 1er tour de la présidentielle de 2017, soit cru naïvement que la première année de l’ère Macron - le dédoublement des classes de CP, les ordonnances « travail » et la réforme de la SNCF - avait dompté les esprits. Comme pour ses prédécesseurs, le niveau de détestation du Président de la République... [Lire la suite]
Posté par gtab à 23:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2018

Une mauvaise passe pour le PM

Il était arrivé à Matignon, ni vu ni connu. Choisi par Emmanuel Macron, on ne sait comment, Edouard Philippe croyait peut-être au nouveau monde. Ca n’aura duré qu’un temps. Le Chef du Gouvernement s’est plié de bonne grâce à la présidence Jupiterienne qui décidait de réunir le Congrès la veille de son discours de politique générale ; péripétie insidieuse de l’hyper présidence qu’impose le quinquennat et l’inversion du calendrier électoral. Ses anciens amis pouvaient rire de lui. Edouard Philippe sait encaisser les coups et dégage... [Lire la suite]
Posté par gtab à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2018

Les carences politiques du nouveau monde

Et si la fronde fiscale accouchait d’une crise institutionnelle. Le mouvement des « gilets jaunes », de plus en plus violent, disparate et délétère, stigmatise le Président de la République. Mais si, du fait de son statut, Emmanuel Macron personnifie la grogne sociale, celle-ci concerne plus largement ceux qui incarnent une fonction de représentation dans notre système politique ; preuve que ce dernier n’est plus à la hauteur d’un fonctionnement attendu par les représentés. De la disparition du Sénat au référendum... [Lire la suite]
Posté par gtab à 22:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,