31 octobre 2010

Les grandes gueules vous saluent

Non sans un certain panache, Philippe de Villiers a démissionné de la Présidence du Conseil Général de Vendée: "La réforme territoriale, la fin de l'autonomie fiscale, l'esprit de l'époque, les impatiences rendent ma décision opportune, sage et nécessaire". Ayant fait corps avec cette terre de l'ouest pendant près de trente ans, cet acte signe comme la fin politique d'une personnalité iconoclaste dont la parcours n'aura pas été indifférent à la vie publique nationale. Il ramène à une comparaison avec le décès de Georges... [Lire la suite]
Posté par gtab à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2010

Le moment du remaniement

Plus s'approche la sortie de crise, plus la presse politique a du mal à refréner son ardeur à passer à autre chose. Son impatience concerne le remaniement annoncé par le Président de la République au début de l'été. A force d'attente, le suspens reste entier. Il valide de fait l'annonce prétendument prématurée de Nicolas Sarkozy. Quoi qu'en aient pensé certains commentateurs, cette anticipation n'était pas dénuée de sens politique. Le Chef de l'Etat a pu prendre le temps, en jouant d'une certaine distance cruelle, de voir s'agiter les... [Lire la suite]
Posté par gtab à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2010

1995 - 2010

C'est peu de dire que les grèves de l'automne 1995 jouent comme un marqueur fort de notre mémoire politique, surtout à droite. Cette séquence historique, personnifiée par Alain Juppé - pourquoi diable veut-on le voir revenir dans le jeu? -, condense en un événement symbolique la déshérence de notre pays sur la voie de la réforme. En quinze ans de marche du monde, n'aurait-on rien appris? Avec le fil rouge des retraites, dont on sait tout des enjeux depuis vingt ans, ce rejoue, à échéance récurrente, un psychodrame de nantis... [Lire la suite]
Posté par gtab à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2010

Apocalypse bébé Virginie Despentes Grasset 343 pages 19€

Virginie Despentes aura été ma première - et dernière? - concession à la rentrée littéraire. Depuis le temps que sa subversion féministe et ses beaux yeux tristes tournaient autour de moi, il fallait bien que je me plonge dans la modernité de la littérature qui pose des questions. Avec Apocalypse bébé, elle fait dans la longueur d'une fugue mineure et s'attache à la désolation d'une époque décadente au travers d'une série facile de portraits qui sont autant de chapitres sur le chemin de croix du lecteur. Malgré les fulgurances... [Lire la suite]
Posté par gtab à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2010

La bonne fortune de Jacques Chirac

La justice, comme le destin, tient parfois à un fil. Contre toute attente, le procès de Jacques Chirac n'aura pas lieu. L'accord passé entre la mairie de Paris et l'UMP solde financièrement l'affaire des emplois fictifs du RPR. Il faut sans doute s'en réjouir. Non pas pour lui, mais pour nous. Ce plat médiatique dont le Monde nous a donné un avant goût raffiné cet été aurait été du plus mauvais effet. Il aurait ajouté, en clameur et turbulences médiatiques, au climat délétère nourri de l'affaire Bettencourt qui semble vouée à faire... [Lire la suite]
Posté par gtab à 23:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2010

La rentrée en primaires des socialistes

Avec les primaires, les socialistes ont-ils trouvé la machine à perdre? La séquence qui s'ouvre sur la traditionnelle université du Parti socialiste va finir par nous en convaincre. Et je ne comprends pas bien quel intérêt Arnaud Montebourg trouve à les défendre sauf à soupçonner ce bretteur invétéré, irrémédiable contempteur de l'élection du Président de la République au suffrage universel, de se complaire dans une opposition outrancière et définitive à Nicolas Sarkozy. L'unité qu'on affiche à la Rochelle n'est que pure façade... [Lire la suite]
Posté par gtab à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2010

L'avenir et le Premier ministre

"Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous". C'est ce qu'a dû se dire François Fillon pendant son escapade Toscane. Son silence à propos de la surenchère sécuritaire de l'été autant que se tenue vestimentaire à la réunion au Fort de Brégançon - une veste "forestière" du très classique couturier parisien Arnys -, en ont fait réagir plus d'un, attisant les spéculations sur son avenir politique en perspective d'un remaniement gouvernemental annoncé par le Président de la République. Nicolas... [Lire la suite]
Posté par gtab à 21:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 août 2010

Les "bien-pensants" et la référence

L'anathème porté à la face de l'adversaire est un élément récurrent du débat politique. C'est une pratique apaisante pour ceux qui en usent et, si l'effet est mesuré, le plaisir est grand pour la droite d'éructer contre ces gauchistes aux idées larges enfermées dans un conformisme étroit. La "bien pensance" de gauche est un gimmick souvent agité avec une crispation dramaturgique par quelques stars cinématographiques en mal d'engagement philanthropique assorti d'un défaut de présence médiatique. On se souvient d'Emmanuelle... [Lire la suite]
Posté par gtab à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2010

Willy Ronis Une poétique de l'engagement

Il y a d'abord ce nom toujours improbable pour un titi parisien. Il y a ensuite la douceur d'un regard, calme et tranquille, porté par un homme découvert dans son grand âge à l'approche d'un siècle d'existence. Il y a enfin le profil d'une oeuvre dense qui ne cesse de se laisser redécouvrir. L'exposition est intéressante en ce qu'elle montre plusieurs facettes du travail de Willy Ronis. De fait, elle met en perspective ce qui habite le plus fortement son oeuvre avec le supplément d'âme qu'il accroche à ses photos parisiennes. Bien... [Lire la suite]
Posté par gtab à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 juillet 2010

Bonjour les traîtres!

Comme souvent, c’est de l’intérieur que vient la menace. Marie-Anne Montchamp qui ne devrait être plus rien après la refonte de la carte électorale, a pris la tête d’un micro-réseau de députés réfractaires au Président de la République. Il faut naturellement la comprendre et voir à quel point la posture à laquelle elle s’adonne en vibrionnant de toute part, a de quoi exalter son ego : « Nous partîmes cinq cents; mais par un prompt renfort Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,... [Lire la suite]
Posté par gtab à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]